janvier 03, 2008
BIENVENU !

Bienvenu au site officiel de Hasmik Papian. Dans le menu en haut à droite, vous pouvez choisir différents options menant à des pages qui vous informeront à propos de son calendrier, sa biographie et son répertoire. Il s’y trouve également un choix de photos (actuellement accessible uniquement à travers le site anglais) aussi bien que des extraits de presses (en six langues) reflétant le vaste répertoire de la soprano arménienne. - Et voilà la voix de Hasmik Papian:

Giacomo Puccini: Vissi d'arte (Tosca)
(Enregistrement d'un concert à Beyrouth
avec l'Orchestre National Symphonique du Liban,
Direction: Harout Fazlian)



Un autre triomphe : "Norma" au Met de New York

C'était déjà la quatrième saison au Metropolitan Opera de New York pour la soprano arménienne. Cette fois, ce n'était pas l'esclave éhiopienne dans l'opéra "Aida" de Verdi, qu'elle avait chanté avec beaucoup de succès au Lincoln Center auparavant; cette fois, c'était la prêtresse druide - le sommet absolu du bel canto: "Norma". Hasmik Papian était la vedette de la première du 12 novembre 2007, suivie de trois autres représentations les 16, 19 et 23 novembre 2007 - tous acclamés chaleureusement par le public newyorkais. La distribution inclut Dolora Zajick dans Adalgisa, Franco Farina dans Pollione et Vitalij Kowaljow dans Oroveso. La reprise d'une production de John Copley était placée sous la direction musicale de Maurizio Benini.

Voilà quelques extraits de la presse en langue anglaise et italienne:

Priestess on a high note
The Armenian Hasmik Papian, singing her first Norma here, has an interesting voice, well-colored dramatically. She made as convincing a Norma as can be made of this Druid high priestess.
(The New York Post)

Ms. Papian is able to make clarion sounds and is comfortable singing high notes. She is also physically credible as a striking woman and mother.
(The New York Times)

In the final furious duet with Pollione gleaming metal furled from her throat, displaying a high register and command of it.
(Opera Today)

Hasmik Papian, a soprano from Armenia, did some admirable things in "Casta diva" – for example, a lovely diminuendo at the end. She gave an excellent demonstration of bel canto singing. And she ended the opera with a superb high B. Norma is a very hard role, and Ms. Papian acquitted herself with honor. In addition to which – for those who value this kind of thing – she looked beautiful. The Met's current "Norma" is very much worth seeing, and appreciating.
(New York Sun)

Ms Papian has a good-sized, bright voice and a good sense of the role’s complexities. She has little trouble with high notes. And she’s attractive. The long final scene was enormously effective – mesmerizingly sad, beautifully sung.
(Classics Today)

Nella recita dello scorso lunedì, la protagonista del quartetto di cantanti è stata il soprano Hasmik Papian, ben nota per aver più volte interpretato il difficile ruolo della sacerdotessa e, dotata di una tecnica belcantistica, ha superato se stessa nella celebre cavatina della "Casta Diva" e nel trasmettere un accento elegiaco che sfocia nel canto di "Deh, non volerli vittime" del finale. Al suo fianco una Adalgisa per più versi esemplare come il mezzosoprano Dolora Zajick, una veterana di successo in questo ruolo, si è distinta per un espressivo fraseggio nel duetto "Mira o Norma", in cui le voci delle due eroine, si fondano con accurati accenti.
(America oggi)


Debut au Grand Théâtre del Liceu, Barcelone,
Forza del destino au Théâtre Aalto de Essen

Tout-de-suite après ses débuts dans Norma au Met, Hasmik Papian s'est présentée pour la première fois au Grand Théâtre del Liceu, scène lyrique de grand renommé internationale, à Barcelone, dans le rôle titre de "Aida" de Verdi. Les dates des représentations: le 26 et 29 novembre 2007 et le 10 et 15 janvier 2008. La direction musicale était placée dans les mains de Daniele Calligari. - Ensuite, Hasmik Papian est retournée au Théâtre Aalto de Essen, où elle avait déjà intérprété Tosca, Aida et Leonora dans "Le Trouvère". Cette fois, c'était Leonora di Varga dans "La forza del destino" de Verdi. La mis en scène de Dietrich Hilsdorf était dirigé par Stefan Soltesz, directeur artistique de l'opéra de la ville allemande Essen. Les dates des représentations: le 5, 21 et 28 décembre 2007 et le 5 janvier 2008.


Début de la nouvelle saison:
« Attila » au Concertgebouw d'Amsterdam

Hasmik Papian a abordé la nouvelle saison dans le rôle d'Odabella dans l'opéra verdien « Attila » (en version concert). La représentation avec l'Orchestre philharmonique de chambre de la radio a eu lieu dans le prestigieux Concertgebouw d'Amsterdam le samedi, 8 septembre, à 14 h. Premier des fameux concerts de la série «Matinées du Samedi», l'opéra a été retransmis en directe sur la Radio néerlandaise NPS. Ezio était interprété par Paolo Gavanelli, Foresto par Massimiliano Pisapia et le rôle titre par Ildar Abdrazakov. Jaap van Zweden avait la direction musicale. La soprano arménienne a chanté sa première Odabella en 1997 au Festival de Ravenne; entre temps, elle a interprété le rôle aussi à l'Opéra de Zurich et au Staatstheater de Karlsruhe.


Requiem de Verdi au Mexique

Ensuite, Hasmik Papian a participé à une tournée de quatre villes du Mexique avec l'Orchestre des Asturias . La cantatrice a interprété la partie soprano dans la Messa da Requiem de Giuseppe Verdi. Les concerts ont eu lieu à Montérrey (TEC Forum Universal dellas Culturas, 27. 9.), à Guadalajara (Teatro Degollado, 30. 9.), à Mexico City (Palacio Bellas Artes, 2. 10.) et à Puebla (Espacio Siglo XXI, 3. 10.); la direction musicale était placée dans les mains de Maximiano Valdés.


Nouvelle publication sur DVD:
"La dame di pique" de l'Opéra La Bastille

La maison de disque TDK a publié un nouveau DVD: L'opéra de Chaikovsky "La dame di pique" avec Hasmik Papian dans le rôle de Lisa. La production de l'Opéra national de Paris La Bastille présente une mise en scène du metteur-en-scène russe Lev Dodin. Gennadi Rozhdestvensky a la direction musicale, le rôle titre est interprété par Vladimir Galouzine.

Pique Dame Cover.jpg

Voilà ce que le magazine en ligne DigitalVD écrit à propos de ce "Highlight du mois":

Le ténor russe Vladimir Galouzine est à la hauteur de ce rôle défiant avec ses capacités formidables d'acteur aussi bien qu'avec sa grande voix. Son jeu théâtrale passionné attire le spectateur dès la première minute. À ses côtés, le soprano arménien Hasmik Papian dans Lisa rend le drame et la souffrance de la jeune aimante crédible. La mise en scène de Lev Dodin jette une lumière nouvelle sur l'histoire. L'adaption cinématographique capture le décor claustrophobe et utilise fréquament des gros plans pour mettre en valeur les qualités excellentes des chanteurs en tant qu'acteurs. Ce DVD dépasse un simple enregistrement de l'action sur le plateau - parfait pour une soirée d'opéra devant la télé à la maison.



SACD "Hommage à Komitas" nomminé pour les
Armenian Music Awards 2007

En September 2006, la maison de disque indépendante allemande audite a publié un SACD avec 35 chants arméniens et allemands de Komitas (1869-1935), sous le titre «Hommage à Komitas». Hasmik Papian est accompagnée de Vardan Mamikonan, piano. Maintenant, le disque a été nomminé dans la catégorie "Best Classical Album" pour les Armenian Music Award 2007. La décision du jury sera publiée lors du concert de gala le 23 novembre à Los Angeles.


Pour une Information en langue arménienne,
voir ici ou bien: download as pdf-file!

Pour une information de presse en français,
appuyez ici!

KomitasHomepage.jpg


Ce disque a été décerné le prix Supersonic Award du magazine pizzicato seulement quelques semaines après son apparition. Il contient vingt-six chants arméniens et neuf lieder sur des poèmes allemands de Goethe, Uhland, Lenau et autres que Komitas a composés pendant son séjour à Berlin. Ces neuf lieder n'ont jamais été enregistrés jusqu'à ce jour. Le livret contient le texte intégral de tous les chants en langue arménienne, française, anglaise et allemande ainsi qu'un article important sur la vie et l'œuvre de Komitas, écrit par Claude Mutafian.

HasVardanHomepage. Mamikonian

Hasmik Papian a présenté Komitas dans le cadre de récitals, entre autres au Wigmore Hall de Londres, à Paris (Salle Gaveau), Vienne (Musikverein), Bruxelles, Munich et Washington DC. Le jeune pianiste arménien Vardan Mamikonian se produit régulièrement en concert dans des salles de grande renommé internationale telles que le Carnegie Hall, la Herkulessaal de Munich, la Tonhalle de Zurich. C'est la première fois que les deux artistes arméniens ont enregistré ensemble.


Actualités de la saison dernière:
Récitals à Paris, Londres et Vienne

Le 12 mars 2007, Hasmik Papian a chanté un récital à la prestigieuse Salle Gaveau de Paris - au piano: Vardan Mamikonian. Le concert faisait partie des Concerts Parisiens de Philippe Maillard et représentait la contribution du soprano au programme officiel d' «Arménie mon amie - Année de l'Armenie en France». Il n'y avait que des œuvres de compositeurs arméniens sur le programme - par exemple Komitas, Bérbérian, Kanachian, Mirsoian, Terterian, Tigranian et Mansurian. Le public a réagi avec des ovations pour les deux artistes arméniens.

Un autre récital a eu lieu le 12 avril 2007 au Wigmore Hall de Londres. À nouveau, c'était Vardan Mamikonian qui accompagnait la soprano au piano. Cette fois, des compositeurs arméniens s'associaient à des compositeurs européens comme Franz Schubert et Giuseppe Verdi. Un autre interprète arménien de renommé international s'est présenté dans la première partie du concert: le jeune violoniste Sergey Khachatryan (accompagné au piano de sa sœur Lusiné) qui a gagné le Concourt de la Reine Elisabeth à Bruxelles en 2005.

Les trois vedettes arméniennes se sont joints pour un autre concert le 20 avril 2007 au Musikverein de Vienne (Magna Auditorium). Le programme engloba à nouveau des œuvres de compositeurs européens et arméniens. Ce récital était placé sous le patronage de l'Ambassade de la République d'Arménie en Autriche. Il s'agissait d'un concert commemoratif du Génocide des Arméniens de 1915. Un grand nombre d'officiels du corps diplomatique de Vienne se trouvait dans le public aussi bien que beaucoup de membres de la communité arménienne de l'Autriche. Le public acclamait chaleureusement les artistes. Le récital était organisé par la Société culturelle austro-arménienne ; il était sponsorisé par l'Eglise apostolic arménienne de l'Autriche.


"Nabucco" à l'Opéra de Nice

En mai 2007, Hasmik Papian a fait son retour à l'Opéra de Nice dans le rôle d' Abigaille dans l'opéra verdien "Nabucco". Elle avait fait ses débuts à l'Opéra de Nice dans ce rôle en 1997. Depuis, elle est retournée deux fois à Nice : pour le Requiem de Verdi et pour Amelia dans "Simon Boccanegra" de Verdi.

Cette fois, une nouvelle production de "Nabucco" mise en scène par Claire Gervais était placée sous la direction musicale de Philippe Auguin. Le rôle titre était interprété par Franck Ferrari. La première de "Nabucco" a eu lieu le 25 mai, suivie de trois représentations le 27, 29 et 31 mai. Le spectacle a été salué comme "le meilleur de la saison lyrique à l'Opéra de Nice" par la presse. Le public a réagi avec enthousiasme, particulièrement célébrant Maestro Auguin (qui est d'origine niçoise mais n'avais pas été invité à sa ville natale pendant des décennies) et Hasmik Papian pour son Abigaille, en la couvrant de roses lors des applaudissements finaux.


Retour à Montpellier pour Norma

Hasmik Papian s'est présentée à nouveau dans le Midi de la France: Le 7 juin, elle a interprété le rôle titre pendant la première de "Norma" de Bellini à l'Opéra national de Montpellier (en remplacement à la dernière minute pour Susan Neves). La première fortement acclamée était suivie de quatre représentations (le 10, 12, 15 et 17 juin). Voilà le commentaire du Midi libre:

Norma_07_websiteSmall.jpg

Aggrandir l'image (photo: Marc Ginot)


Norma : et la chaste divinité
fut encore exaucée

Norma ne peut pas paraître sur une scène sans que les salles se remplissent jusqu’au dernier strapontin. C’est naturellement le cas à Montpellier où cinq représentations ne suffisent pas à contenir l’enthousiasme du public.

On sait que, pour sa première montpelliéraine, Norma a connu quelques déboires : Susan Neves, victime d’un refroidissement, n’a pu chanter. D’où l’apparition d’une prêtresse de remplacement, Hasmik Papian, certes spécialiste du rôle mais convoquée avec tant de hâte qu’on pouvait craindre quelques approximations dans la mise en place. Vaine crainte : Mme Papian est une Norma de grande allure. Avec, notamment, des piani de porcelaine chinoise et un legato qu’aucune difficulté ne bouscule.

Mieux même : il semble qu’elle ait chanté toute sa vie avec la mezzo Nancy Fabiola Herrera, et on garde un souvenir ému de l’admirable duo du deuxième tableau. Un triomphe : Chaste Divinité, vous voilà une fois de plus exaucée.

La production mise en scène de Paul-Emile Fourny était placée sous la direction musicale de Jean-Yves Ossonce. Hasmik Papian a fait ses débuts à l'Opéra de Montpellier en 1998 dans "Ernani" de Verdi (Elvira).

Les prochaines rendez-vous avec Hasmik Papian dans Norma sont prévus pour Avignon en 2008 et Monte Carlo en 2009 - heureux mégalomanes du Midi! Avant, la soprano arménienne se produira dans le rôle meurtrier au Metroplitan de New York (novembre 2007). Un retour à Montpellier est prévu pour l'automne 2008 dans "Aida".


Hasmik Papian dans Norma sur DVD

En septembre 2006, un nouveau DVD a été publié chez la maison anglaise Opus Arte :

NORMA DE BELLINI à l'Opéra Néerlandais d'Amsterdam 2005

NormaDVD.jpg

Ce nouveau DVD contenant deux disques présente la mise en scène de Guy Joosten, direction musicale Julian Reynolds, qui a eu sa première en avril 2005 au Nederlandse Opera d'Amsterdam, avec Hasmik Papian dans le rôle titre, Hugh Smith dans Pollione, Irini Tsirakidis dans Adalgisa et Giorgio Giuseppini dans Oroveso. Le DVD contient un résumé illustré avec des images de la distribution, une introduction aussi bien que des entretiens avec les interprètes des rôles principaux et le leading team. Sous-titres sont accessible en français, anglais, allemand, hollandais, espagnol et italien. Le DVD en DTS Surround / LPCM Stereo est en vente dans l'Internet pour 29.99 £ sous le numéro de commande OP 0959D. Hasmik Papian a reçu des éloges pour sa prestation dans la Norma à Amsterdam :

Une « Norma » bouleversante à Amsterdam

Quel diable de spectacle nous a-t-elle livré ! Elle commandait de toutes les notes nécessaires pour ce rôle incroyablement difficile, et elle les a chanté de façon courageuse et convaincante. Elle était capable de projeter des coloratures de bravoure quand il y en avait besoin, mais en même temps disposait d’une grande délicatesse et subtilité. Son legato tranquille dans la scène quand elle contemple d’assassiner ses enfants nous donnait le frisson. Ça, c’était une véritable Norma : une performance à retenir en tant que trésor.
www.ballet.co.uk, 29 mars 2005

NormaAdam2S.jpg
Appuyer ici pour une image plus grande

Sur le site anglais New Classics, on peut lire la critique suivante :

This double DVD set features a live recording from 2005 of Guy Joosten’s ingenious and spectacular production of this timeless drama in which Norma is the archetypal successful woman struggling to retain her dominant but vulnerable position. Julian Reynolds conducts the Netherlands Chamber Orchestra and Chorus to great effect and the brilliant Armenian soprano Hasmik Papian’s lyrical and intense interpretation of the demanding title role accentuates the similarity between a Druid high priestess and a modern opera diva.


Encore une « Norma »,
encore un triomphe

C’était la septième production de « Norma » dans l’espace de dix mois (après Amsterdam, Rotterdam, Mannheim, St. Gallen, Montréal et Détroit) : le 16 février 2006, la soprano arménienne a donné ses débuts à l’Opéra du Colorado à Denver. La misenscène était signé de James Robinson, la direction musicale était assuré de Stephen Lord . La première était suivie de trois représentations le 19, 22 et 25 février. Aux côtés de Hasmik Papian, Irina Mishura a interprété le rôle d’Adalgisa et Philip Webb le rôle de Pollione. – Encore une « Norma », encore un triomphe – avec des ovations unanimes et des éloges dans les médias ; voici quelques extraits de presse :

« Norma » spectaculaire : performance
suprême, comprenant tous les aspects du rôle

L’Opéra du Colorado a invité la soprano domiciliée à Vienne en Autriche pour cette production, la faisant venir de loin – et on comprend facilement pourquoi. Spécialisée dans ce rôle considéré un des plus défiants de tout le répertoire, Hasmik Papian a su impressionner en toutes manières ; elle a incorporé de façon entièrement convaincante la force, le charisme et la vulnérabilité de Norma.

Ce qui est le plus important : elle peut aisément affronter les défis vocales multiples de ce rôle – les sauts de deux octaves, les ornementations diaboliquement difficiles et la dynamique diversifiée qui peut changer d’un moment à l’autre – et ce avec une articulation presque parfaite et un phrasé bouleversant, produisant chaque note avec justesse. Commandant d’une gamme vraisemblablement infinie de timbres vocaux, elle peut être puissante ou bien séduisante. Son chant est toujours beau et ne perd jamais d’énergie, malgré l’endurance extrême requiert pour ce rôle.

Denver Post, 21. 2. 2006

La sorte de chante dont on rêve

Hasmik Papian a prouvé que les éloges anticipés qui précédaient sa prestation n’étaient que trop réticents. La soprano arménienne a parcouru les exigences impossibles de ce rôle sans problèmes dans une interprétation qu’elle a rendu plus humaine que l’on ne s’y attendait. Son aire « Casta Diva » était suspendu, captivant et merveilleusement centré (avec un diminuendo inoubliable). Tout à fait à sa hauteur, la mezzo Irina Mishura apportait une voix puissante, grâce et élégance aussi bien qu’une certaine noblesse au rôle d’Adalgisa. Les duos avec la Papian ont coupé le souffle aux mélomanes.

Rocky Mountain News, Denver (Colorado), 18. 2. 2006

NormaDenverM.jpg

Pousse-toi, Maria!

Il y a un demi-siècle, Maria Callas s’est établi la reine du bel canto, ce style richement ornementé qui a transformé l’art du chant en acrobatie vocale. Mais son règne s’est terminé au moment où Hasmik Papian a abordé le rôle de Norma, auparavant le rôle de référence de la Callas. Le trône revient désormais clairement à la Papian qui a donné ses débuts à l’Opéra du Colorado jeudi dernier dans la toute première production de « Norma » sur cette scène. La soprano superbe d’origine arménienne a su couper le souffle au publique dans la salle comble du théâtre Ellie Caulkins de Denver, incitant de l’admiration pour sa puissance cachant les efforts immenses qu’exige Bellini. En un sens, la Papian réuni deux types de voix en soi : un soprano dramatique avec la richesse d’une voix volumineuse capable d’affronter le parcours entier des émotions tourmentés de Norma ; en même temps, elle peut se mesurer avec les meilleurs voix lyriques de nos jours en ce qui concerne la tendresse et l’agilité. L’écriture de « Norma » se développe dans de longues lignes mélodieuses, et la Papian sait leur donner forme, les colorer et les soutenir. La regarder, c’est d’assister à un master class du chant.

Irina Mishura, mezzo d’origine russe dans le rôle d’Adalgisa, était tout à fait à la hauteur de la Papian dans les deux duos qui sont au cœur de la partition. Ça c’est du teamwork à la merveille, est cela apporte une puissance dramatique à l’histoire qu’on ne découvre pas toute de suite dans la simplicité mélomane de Bellini. Les deux artistes écartent les blagueurs qui traduisent « bel canto » par « livret idiot ». Passant d’un extrême émotionnel à l’autre, Hasmik Papian et Irina Mishura dévoilent la vulnérabilité humaine qui rend crédible cette histoire – et qui la rend touchante. « Norma » est un triomphe pour l’Opéra du Colorado.

Daily Camera, Boulder (Colorado), 18. 2. 2006
(Pour voir une réproduction de la dernière critique, choisir "Reviews" dans le menu en-haut à droite!)

Un retour à Denver est prévu pour avril 2008 - cette fois, la soprano arménienne interprétera pour la première fois Senta ("Le vaisseau de phantôme") dans une version en concert de l'opéra wagnérien.

Hasmik Papian a chanté encore une fois Norma en Allemagne – cette fois au Staatstheater Stuttgart : le 3 avril, 2006, elle a remplacé Catherine Naglestad à court terme. La représentation était placée sous la direction musicale de Constantinos Carydis. Au côtés de la soprano arménienne se sont produit Eva-Maria Westbroek (Adalgisa), Emmanuel di Villarosa (Pollione) et Enzo Capuano (Oroveso).


En janvier 2006, Hasmik Papian a été nominée « Female Newcomer of the Year » par le critique anglais Ian Graham du site Internet ballet.co – dans sa liste personnelle « My Opera Highlights for 2005 », M. Graham a cité Hasmik Papian pour sa prestation dans Norma au Nederlandse Opera d’Amsterdam, en mars-avril 2005 ; dans la même liste, sous la rubrique « Male Newcomer of the Year », Rolando Villazon était nommé pour sa prestation dans Roméo à l’Opéra de l’Etat de Vienne.


Aida au Metropolitan Opera –
Lifetime Achievement Award de la
Fondation Licia Albanese-Puccini, New York


Le retour de la soprano arménienne dans le rôle d'Aida au Metropolitan Opera de New York le 29 octobre s'est achevé avec un énorme succès personnel. Hasmik Papian avais fait ses débuts au Met de New York dans le même rôle en 1999. Le public a acclamé surtout son interprétation de l'aire fameux du Nile ; lors des saluts finales, le public New Yorkais a célébré la chanteuse avec une véritable ovation. Radames était interprété par Salvatore Licitra, Amneris par Dolora Zajick; la direction musicale était dans les mains de James Conlon (trois autres représentations ont eu lieu le 5, 9 et 12 novembre, 2005).

Le même jour, Hasmik Papian a été honorée avec un Lifetime Achievement Award de la Licia Albanese-Puccini Foundation à l'occasion du concert de gala célébré comme chaque année au Lincoln Center (Alice Tully-Hall) de New York . Parmi les autres chanteurs honorés ensemble avec elle étaient Simon Estes, Mark Delavan, Ramon Vargas et Kay Armen. Licia Albanese a été un membre célébré du Metropolitan pendant des décennies, surtout pour son interprétation du rôle titre dans l'opéra “Madama Butterfly” de Puccini.

Le prochain retour au Met de New York aura lieu en novembre 2007 - cette fois, Hasmik Papian chante "Norma"!


Norma à Montréal et Detroit

Hasmik Papian a commencé la saison 2005 / 2006 dans le rôle de Norma pour l'ouverture de la saison lyrique à l'Opéra de Montréal (Canada), le 17 septembre 2005 (suivi de cinq représentations jusqu'au 1er octobre). Après son succès énorme à Montréal, elle a chanté le même rôle au Michigan Opera de Detroit. Voici quelques extraits de presse à propos des deux productions :

L’Opéra de Montréal entame sa saison
avec Norma de Vincenzo Bellini

Hasmik Papian, dans le rôle de Norma, a offert une prestation sublime, suscitant les bravos des spectateurs dès la fin de son premier chant. La soprano arménienne a envoûté la salle samedi soir. Sa performance n’a pas manqué d’illustrer la maîtrise qui doit nécessairement découler d’une telle expérience. Le rôle est connu comme l’une des plus difficiles performances féminines et je n’ai pas hésité à me joindre à la foule dans ses acclamations. À l’écouter, j’ai eu plusieurs fois des frissons : c’est d’abord par sa voix, mais aussi par son talent d’actrice qu’elle enchante, éveillant un pathos inhabituel chez les spectateurs.

Le Délit, Montréal, 20. 9. 2005

Une voix taillée à la serpe d’or

Pour ce début de saison, Norma, la grande prêtresse des druides, a su nous éblouir, nous captiver et nous émouvoir. La soprano arménienne Hasmik Papian est un nom à retenir. La voix a l’amplitude du rôle, de plus elle possède un grand talent de tragédienne. Le mélomane garde en mémoire l’emblématique Maria Callas, mais ce que nous avons entendu samedi soir à Montréal est digne des grandes cantatrices qui se sont frottées à ce rôle exigeant. La soprano arménienne surmonte les obstacles dès son entrée … impressionnant.

www.resmusica.com, 20. 9. 2005

Une excellente Norma

l'Opéra de Montréal avait pris une assurance tous risques en confiant le rôle-titre à l’Arménienne Hasmik Papian, qui a triomphé dans Norma partout dans le monde depuis 1999. La soprano a été à la hauteur des attentes, distillant un chant au souffle long, épousant les lignes de l'écriture bellinienne avec un minimum d'à-coups et de sublimes inflexions dynamiques … une excellente Norma.

Le Devoir, Montréal, 20. 9. 2005


_______


Nouvelles d'Arménie

Le 12 juillet 2005, Hasmik Papian a reçu l’ordre des SS. Sahak – Mesrop des mains de Sa Sainteté, Karekine II, Catholicos de Tous les Arméniens, au siège centrale de l’Eglise Apostolique Arménienne à Etchmiadzin. Pendant l’évènement, le Suprême Patriarche a souligné que Hasmik Papian a réussi à conquérir les scènes lyriques les plus importantes dans le monde entier et qu’elle s’est présentée à côté des chanteurs les plus illustres déjà dans l’espace de peu de temps après ses débuts dans sa ville natale, Erevan, ainsi portant honneur au monde Arménien de la musique. Pendant sa carrière internationale, Karekine a dit, elle a toujours gardé d’étroits liens avec son peuple et avec sa culture, se montrant donc comme digne fille de l’Eglise Arménienne. La Congrégation a conclu la cérémonie en bénissant la chanteuse et en lui souhaitant encore beaucoup de succès dans sa vie artistique.


Concert à Erevan

Hasmik Papian a chanté un récital à Erevan, capitale de l'Arménie, le 20 juillet 2005, dans la Salle Khatchaturian de la Philharmonie Nationale. Ce concert sous le titre "Hommage à Komitas" était dédiée entièrement aux oeuvres du génie de la musique classique Arménienne, Komitas. La soprano était accompagnée par le célèbre pianiste Arménien Vardan Mamikonian. Le programme consistait en quelques-unes des chansons les mieux connues de Komitas - par exemple 'Krounk', 'Antouni', 'Garoun a' etc. En outre, les deux artistes on représenté en première mondiale neuf chansons jusqu'à présent jamais publiées ni interprêtées, oeuvres que Komitas a composés pendant son séjour à Berlin en 1897 sur des textes Allemand.

Et voilà un autre enregistrement avec Hasmik ; elle chante une chanson très connue de Komitas:

Komitas: Garun a (C'est le printemps)
Enregistré lors du concert de bienfaisance qui a eu lieu en mars 2004 á Beyrouth; Orchestre National Symphonique du Liban, direction: Harout Fazlian.)

Si vous désirez savoir plus de détails à propos du calendrier de Hasmik Papian, veuillez appuyer ‘Schedule’ ci-contre, en haut à droite ! Pour tout renseignement professionnel, veuillez contacter :

Theateragentur Dr. Germinal Hilbert,
Maximilianstraße 22, D – 80539 MÜNCHEN,
Tel. +49 / 89 / 290.747-0, Fax / 290.747-90,
E-Mail: agentur@hilbert.de;

Pour les pays francophones (la Bélgique, la France, Monte-Carlo et la Suisse francophone):
Opéra et Concert, Dominique Riber
37, rue de la Chaussée d'Antin,
F - 75009 PARIS, France.
Tel. +33 / 1 / 42.96.18.18, Fax / 42.96.18.00,
E-Mail: agence@opera-concert.com.

Pour l’Italie: Studiomusica, Gabriele Monici,
via Farini, 53, I - 41100 MODENA, Italy.
Tel. +39 / 059 / 24.54.86, Fax / 23.58.75
Mob. +39 / 393 / 547.22.90,
E-Mail: gabriele.monici@studiomusica.net.

En Amerique du Nord, l'artiste est représentée par:
Zemsky Green Artists Management,
104 West 73rd Street, Suite #1
New York, NY 10023, USA,
Tel. +1 / (212) 579-67.00, fax / (212) 579-47.23,
Email: agreen@zemskygreen.com (Alan Green)
or bzemsky@zemskygreen.com (Bruce Zemsky).


La maison de disque confido vient de publier un double-CD sous le titre « Nuit de Gala de l'Opéra Italien » avec un enregistrement en directe d’un concert avec plusieurs vedettes internationaux (entre autre Barbara Dever), accompagnés par l’orchestre philharmonique de Duisburg sous la direction de John Fiore. Le concert a eu lieu en 2000. Hasmik Papian y a chanté « Chi il bel sogno » de LA RONDINE de Puccini, la scène « Mario! Mario! Mario! » du 1er acte de l’opéra TOSCA (Cavaradossi était le ténore islandais Kristján Jóhannsson) et avec un extrait du 2. acte de l’opéra LA TRAVIATA de Giuseppe Verdi (scène Violetta-Germont « Un di, quando le veneri » – avec Boris Statsenko dans le rôle du père Germont). Ce disque peut être commandé pour environ 20 Euros chez:

Capitol Sound Studios
Ravardistrasse 47, D – 46399 Bocholt (Allemagne)
Tel. +49 / 28 71 / 18 17 66, Fax +49 / 28 71 / 124 98
e-mail: info@capitolsound.de

ou bien (pour les distributeurs professionnels):

Audiophile sound distribution
In den Höfen 13d, D – 58453 Witten (Allemagne)
Tel. / Fax +49 / 23 02 / 96 32 62
e-mail: audiophilesound@t-online.de



__________

Ce site est lisible également en langue anglaise, italienne ou allemande (voir les petits drapeaux en dessous du menu, ci-contre en haut à droite).
__________


Si vous voulez vous renseignez à propos d’évènements moins récents, veuillez appuyer ici :

Actualités de la saison dernière :

En mars 2005, Hasmik Papian s’est présentée pour la première fois à l’Opéra d’Amsterdam (De Nederlands Opera). En remplaçant Nelly Miricioiu, elle a interprété le rôle titre de l’opéra Bellinienne « Norma » dans la nouvelle mise-en-scène de Guy Joosten, direction musicale Julian Reynolds, à partir de la deuxième représentation qui a eu lieu le 10 mars, suivi par des représentations le 13, 16, 20, 22, 25 et 28 mars 2005). Le début au Muziektheater d'Amsterdam a apporté un succès remarquable à la soprano s’exprimant dans l’enthousiasme fulgurant du public ; le spectacle a été enregistré par la télévision hollandaise et sera retransmis en décembre 2005. Voilà une critique publiée dans l'internet:

Thrilling Norma in Amsterdam
... what a show she gave us. Hasmik Papian had all the notes for this incredibly difficult role, and she sang them bravely and convincingly. She could send out bravura thrills when needed but was also capable of great delicacy and subtlety. Her quiet legato singing in the scene when she was contemplating the murder of her children was spell-binding. This was a genuine Norma: a performance to treasure.
(www.ballet.co.uk)

Autres succès exceptionnels
dans la saison dernière

Le 23 mars, Hasmik Papian a chanté « Tosca » au Deutsche Oper de Berlin aux côtés du ténor célèbre Neil Shicoff dans Cavaradossi (direction musicale : Frédéric Chaslin).


« La Traviata » à Rotterdam

Le 9 avril, Hasmik Papian a chanté Violetta à Rotterdam en remplaçant Stefania Bonfadelli; dans le cadre d’une représentation en version de concert, l’orchestre de la radio flamande, Louvain, a joué sous la direction musicale de Yoel Levi ; ses partenaires étaient Marius Brenciu (Alfredo) et Anthony Michaels-Moore (Germont). La grande salle du De Doelen-Concertgebouw avec 3.500 places était comble ; le publique enthousiaste a célébré la soprano avec une ovation. Au même endroit, Hasmik Papian a chanté avec beaucoup de succès « Tosca » l’année dernière et, en 2002, « Norma » – en remplaçant Nelly Miricioiu, tout comme en mars 2005 à l’ Opéra d’Amsterdam. La presse locale parle déjà de la « diva nouvelle de Rotterdam » … l’artiste aura l’occasion de se prouver digne de ce titre l’année prochaine quand elle va chanter « Madame Butterfly » au De Doelen-Concertgebouw.


« Suor Angelica » à Liège

En avril, Hasmik Papian a donné de brillants débuts à l’Opéra Royal de Wallonie à Liège, en débutant en même temps dans le rôle titre de l’opéra en un acte «Suor Angelica » de Puccini (ici joué ensemble avec « Pagliacci » de Leoncavallo en deuxième partie). Son partenaire dans le rôle de la princesse, tante d’Angélica, était Fiorenza Cossotto. Direction musicale: Giuliano Carella, mise en scène: Claire Servais. La première a eu lieu le 22 avril, suivie par des représentations le 24, 26, 28 et 30 avril. La dernière représentation était retransmit en directe par la radio classique belge Musiq3. La presse a jugé:

Hasmik Papian est une superbe Angelica, égale dans tous les registres, conciliant grâce naturelle et crédibilité scénique ; son «Senza mamma» est bouleversant.

La libre Bélgique, 26. 4. 2005


« Norma » à Mannheim,
retour à la Bastille pour « La Dame de Pique »

Le 7 mai, Hasmik Papian a eu une autre occasion pour se présenter dans ce qu'on pourrait dénommer son rôle de bravoure, « Norma » de Bellini, donné en version concertante dans le cadre d’un gala au Nationaltheater Mannheim où la soprano a chanté pour la première fois. Dans les mois à venir, Hasmik donnera « Norma » également à l’Opéra de Montréal, Québec / Canada (du 17 septembre jusqu’au 1er octobre 2005), au Michigan Opera à Detroit, Etats Unis (du 15 jusqu’au 22 octobre 2005) et à l'Opera Colorado à Denver, Etats Unis (du 16 jusqu’au 25 février 2006).

Egalement en mai 2005, la soprano arménienne est retournée à l’Opéra National de Paris La Bastille où elle a donné ses débuts très acclamés en 2003 dans Mathilde (« Guillaume Tell » de Rossini). Cette fois, Hasmik Papian a chanté Lisa dans l’opéra de Tchaikovsky « La Dame de pique » (mis en scène par Lev Dodin, direction musicale : Gennadi Rozhdestvensky). L’artiste avait interprété ce rôle pour la dernière fois avec beaucoup de succès au Théâtre Royal de Madrid aux côtés de Placido Domingo en mai 2004. (A Paris, huit représentations sont prévues à partir du 28 mai jusqu’au 19 juin 2005.)

La radio classique France Musique a enregistré le spectacle en directe à l'Opéra La Bastille (avec Vladimir Galouzine dans le rôle de Herman) et a retransmis l'opéra « La Dame de pique » en entier le 13 julliet à 20 h. Plus tard dans l'année, ce spectacle est allé en onde sur la télévision France 2.

Pour terminer sa saison, Hasmik Papian a fait un retour au Deutsche Oper am Rhein où elle a interprété « Aida » le 15 juin. Le publique lui a montré son admiration avec une véritable ovation.


D'autres nouvelles de la saison 2004/2005


Hasmik Papian a commencé la nouvelle saison en débutant au Staatsoper Unter den Linden de Berlin dans le rôle de « Aida » (23 et 26 septembre 2004). Sous la direction musicale de Simone Young, aux côtés de la soprano Arménienne chantaient entre autre Irina Mishura (Amneris) et Franco Farina (Radames). – Dans le même rôle, Hasmik s'est présentée ensuite à l’ Opéra National de la République du Koréa au Seoul Arts Center Opera House (le 7 et le 10 octobre 2004). Mis en scène: Dieter Kaegi, direction musicale: Riccardo Frizza. C’est la première fois que le public de Séoul a eu l’occasion de connaître Hasmik Papian.


Concert à Moscou

Le 25 octobre, Hasmik Papian a été la vedette d'un concert de gala au nouveau centre Moscow International House of Music, complexe édifié récemment pour acceuillir les artistes et orchestres les plus presitgieux du monde dans la capitale russe. Elle a été accompagnée par l' Orchestre National Russe. Cet orchestre, sous la direction musicale de Vladimir Spivakov, figure parmi les plus réputés du monde. Le chef d'orchestre pour le concert était Eduard Topchian; le programme contenait des aires de Bellini, Verdi, Puccini et Catalani.


"La Juive" à l'Opéra de Vienne

Pour novembre, un retour au Staatsoper de Vienne était prévu; dans le grand opéra « La Juive » de Jacques Fromental Halévy, Hasmik Papian a interprété le rôle-titre (Rachel) – rôle qu’elle a déjà chanté au Carnegie Hall de New York et – dans la même mis en scène de Günter Krämer, présentée par le Staatsoper de Vienne – au New Israeli Opera de Tel Avive. Les représentations – avec Neil Shicoff dans Eléazar, direction musicale: Michael Halasz – ont eu lieu les 9, 13 et 20 novembre 2004.


"Aida" à Berlin, "La Bohème" à Munich

En decembre (le 10 et le 14), Hasmik a chanté Aida encore une fois à Berlin - cette fois au Deutsche Oper où elle a interprété le rôle déjà plusieures fois. Les représentations étaient placées sous la direction de Marco Armiliato avec qui Hasmik a chanté "Aida" la dernière fois au Metropolitan de New York. Elle a fait ses débuts au Deutsche Oper de Berlin dans "Tosca" en 1996.

Le 20 décembre, Hasmik Papian a chanté Mimì (« La Bohème ») au Bayerische Staatsoper de Munich en remplacement à très courte notification. Elle a reçu le coup de fil exactement six heures avant que le rideau ne se lève – dont deux heures assise dans un taxi sur l’autoroute enneigée de l’aéroport de Munich à la Maximilianstrasse. Le chef d’orchestre était à nouveau Maestro Marco Armiliato avec qui Hasmik avait chanté « Aida » à Berlin juste une semaine avant. La représentation s’est révélé en tant qu’un retour triomphale à l’Opéra de l’Etat Bavarois de Munich ou l’artiste a donné ses débuts dans Donna Anna en 2002. Une deuxième représentation de «La Bohème» eut lieu le 23 décembre.


Nouvelles d’Arménie

Le 10 septembre 2004, Hasmik Papian a chanté un concert de gala à l’ Opéra National « Spenderian » de Erevan, acclamé avec des ovations, en présence de Catholicos Karékine II., Président Robert Kotcharian et sa femme, puis d’autres membres du gouvernement. À l’occasion de cet évènement de bienfaisance en faveur d’un spectacle pour enfant à l’Opéra d’Erevan, Hasmik a chanté des aires de Rossini, Verdi et Puccini qui sont en partie très rarement joué, accompagnée par l’Orchestre de l’Opéra National sous la baguette de Harout Fazlian (Liban).

Le 21 septembre 2004 (13ième anniversaire de l’Indépendance de la République Arménienne), la soprano Arménienne a été honoré par le titre officiel d’une « Joghovrdakan Artistouhi » (Artiste du Peuple). Le 20 octobre 2004, le Président Arménien, Mr. Kocharian, a présenté le titre à l'artiste. Le Président a dit que ce signe de reconnaissance arrivait un peu tard, car Hasmik Papian est déjà devenue une artiste du peuple depuis longtemps grace à son talent et sa biographie. “J'aimerais vous remercier pour avoir enrichi notre pays avec votre talent” – a dit Robert Kocharian.
En acceptant cet honeur officiel de l'état Arménien avec gratitude, Hamik Papian a affirmé que cela entraînera encore plus de responsibilité. La chanteuse a ajouté qu'elle considère comme étant son devoir de se produire au moins une fois par an en Arménie, en profitant de manière que ces prestations devant le public Arménien lui donnaient beaucoup d'inspiration.

Un entretien avec Hasmik Papian mené en langue Arménienne et transmis sur Radio Vem peut être trouvé dans l’Internet sous le lien suivant:
http://www.vem.am/?go=programs&ID=9


Débuts à Dresde et à Palerme

Le 5 janvier, Hasmik Papian a chanté ses débuts avec beaucoup de succès au Sächsische Staatsoper Dresden (Semperoper) dans le rôle d’Abigaille aux côtés de Paolo Gavanelli dans le rôle titre de l’opéra Verdien „Nabucco“. Le journal Dresdner Neueste Nachrichten a écrit sous le titre « Heureuse nouvelle distribution » à propos du portrait de la fille de Nabucco représenté par Hasmik dans le cadre de la production de Peter Konwitschhny, mise en scène en 1996 :

Paolo Gavanelli (Nabucco) et Hasmik Papian (Abigaille) ont pu fêter – à côté de l’orchestre et des chœurs, le triomphe le plus grand … Hasmik Papian, avec la passion des pays du sud, qui semblait vivre les émotions forts de façon très directe à l’aide de son art vocale et d’une tension interne, mais qui savait aussi nous rendre crédible les traîts vulnérables, souffrants de l’âme de son caractère avec des moyens adéquats.

C’est dans ce même rôle qu’ Hasmik a fait ses débuts à La Scala de Milan (1996), au Festival Les Chorégies d’Orange (1998) et au New Tokyo Opera du Japon (2001). Il y aura encore deux représentations à Dresde le 24 et le 26 février 2005.


Au mois de février 2005, l'artiste a donné ses débuts au Teatro Massimo de Palerme (Sicilie) dans le rôle de Mimì dans La Bohème de Puccini. La première a eu lieu le 15 février, ensuite il y a eu trois autres représentations le 18, 20 et 22 février. Maestro Donato Renzetti avait la direction musicale, Rodolfo était interprété par Walter Fraccaro.



Quelques nouvelles de la saison 2003 / 2004 :


Le 8 Juillet 2004, Hasmik a ouvert le festival Luglio musicale trapanese avec une nouvelle production de Norma au théâtre Giuseppe di Stefano, situé en pleine aire dans la villa Margherita de la ville Sicilienne de Trapani. Le fameux ténor italien, né à Trapani, s'est montré très impressionné par l'interprétation de Norma présentée par Hasmik. Présents étaient aussi Rolando Panerai (baritone) et Gianni Tangucci (directeur artistique du festival Maggio musicale fiorentino).

Plus tard en juillet, Hasmik a conclu la saison avec deux représentations très acclamées de La Traviata au Deutsche Oper am Rhein à Duisburg. En 1998, Hasmik avait chanté la première de la production très exigeante, à l'epoque mis-en-scène par Karl-Ernst et Ursel Herrmann.


LA DAME DE PIQUE à Madrid
ensemble avec Placido Domingo

Le 15 mai 2004, Hasmik Papian a chanté la première d’une nouvelle production de l’opéra LA DAME DE PIQUE au Teatro Real de Madrid, à côté de Placido Domingo. Voici quelques extraits de presse en langue espagnole et anglaise: Realmente interesante es la actuación de Hasmik Papian, quién logra hacer de Lisa un personaje atormentado e inseguro, cantado con gusto, detalle, frescura vocal y una cuidada pronunciación. - Really interesting is the performance of Hasmik Papian. She succeeds in rendering Lisa as a tormented, insecure character, singing with taste, rich in details, offering vocal freshness and a distinguished pronunciation. (ABC, 16. 5. 2004) Et encore:

La ultima función del Real
ha sido una de las mejores del año

A la excelente lectura orquestral de Jesús Lopez Cobos se anade una interpretación vocal de altura. Plácido Domingo se ha apropiado de Herman para enriquecerlo con las virtudes expresivas que el gran tenor sigue prodigando en su madurez. El resto de las voces no desmerece ante las proezas del protagonista, desde la fragil y carnal Lisa de Hasmik Papian hasta la elegante y aterradora condesa de Elena Obraztsova.

Last premiere of the Real one of the best in this season

The excellent orchestral reading of Jesús Lopez Cobos was matched by an equally high ranking vocal interpretation. Plácido Domingo has made the role of Herman his own by using the expressive virtues of which the great tenor commands in his maturity. The rest of the voices were no less praiseworthy, compared to the qualities of the protagonist, from the fragile and yet palpable Lisa of Hasmik Papian to the elegant and scary Countess of Elena Obraztsova.
(El Mundo, 17. 5. 2004)


TOCSA à Rotterdam

Le 29 mai 2004, Hasmik a interprété Tosca (en version concert) au De Doelen Concertgebouw de Rotterdam où elle a triomphé dans le rôle de Norma, il y a trois ans. Sergej Larin a chanté Cavaradossi, Sergey Leiferkus Scarpia. L'Orchestre Flamand de la ville Belgique de Leuven a joué sous la direction de Yoel Levi. La salle a rendu hommage à la cantatrice en lui offrant un standing ovation.


Le Requiem de Verdi à Varsovie

Le 3 avril 2004, Hasmik s'est produit au Beethoven Festival de Pâques à Varsovie, où elle a interprété la partie soprano dans le REQUIEM de Verdi. Le concert avec l'Orchestre National Symphonique de la Lithuanie, sous la baguette d'Antonello Allemandi, a eu lieu au Grand Théâtre de la capitale Polonaise; Hasmik a chanté aux côtés de Violetta Urmana (mezzo) et Giacomo Prestia (basse).

Le journal avec le tirage le plus élevé de la Pologne, la „Gazeta Wyborcza“, a écrit : Hasmik Papian s'est révélée être la vedette de la soirée. Sa voix de couleur sombre et chaleureux rendait, comme un instrument parfait, les nuances de son et d'expression les plus fines de la partie soprano (surtout dans le mouvement final „Libera me“).


Récital à Beyrouth,
Concerts à Bruxelles et Londres

Le 20 mars 2004, Hasmik Papian a chanté un concert de bienfaisance en faveur de la Croix de Secours Arménienne du Liban, organisation fondée il y a 75 ans. Le concert a eu lieu sous le haut patronage de la First Lady du Liban, Mme. Andrée Lahoud, au Palace UNESCO de Beyrouth. La soprano a été accompagnée par l’Orchester National Symphonique du Liban sous la direction de maestro Harout Fazlian. A la fin du concert, un publique enthousiasmé a célébré l’artiste avec une standing ovation pour un programme très exigeant, contenant dans la première partie des aires d’opéra de Bellini (“Norma”), Verdi (“La Forza del Destino”, “I Vespri Siciliani”), Puccini (“Gianni Schicchi”, “Tosca”) et Catalani (“La Wally”) et dans la seconde partie des chansons arméniennes (des compositeurs Komitas, Kanatchian et Yéramian) et deux aires d'opéra de Choukhadjian et Tigranian.

A la fin des applaudissements, Hasmik Papian a reçu l ’“Ordre de St. Mesrop Mashtoz”, surnommé d’après le créateur de l’alphabet Arménien, de la part de Catholicos Aram I. de la Maison de Cilicia. Puisque cet honneur venait complètement inattendu et puisqu’il s’agit de la toute première décoration officielle que l’artiste Arménienne a reçue de la part de sa patrie, Hasmik s’est montrée touchée profondément. Elle a exprimé ses remerciement dans un petit discours très personnel adressé au publique de salle comble, à l’archi-évêque, la First Lady et les nombreux ambassadeurs (parmi lesquels se trouvait aussi l’ambassadeur de la République Arménienne au Liban, S.E. Areg Hovhannissian).

Le lendemain, le 21 mars, Hasmik a participé à la messe du dimanche dans la Cathédrale de la Maison de Cilicia à Antelias (près de Beyrouth) et elle a chanté plusieurs parties de la liturgie, transmis en directe par la Radio Arménienne du Liban.


Le 24 Avril : Commémorer
le Génocide des Arméniens

Le 24 avril 1915 marque le début du génocide des Arméniens dans l’empire Ottomane, conçu et perpétré par le régime des Jeunes-turques. Ce jour-là, à Istanbul plus de 400 intellectuels, artistes, médecins, avocats, ingénieurs etc. Arméniens ont été arrêtés, déportés et assassinés peu après. 1,5 millions de victimes les ont suivi dans les semaines et les mois suivants. Malheureusement, tous les gouvernements Turques qui ont suivi le régime Jeune-turque dès la chute de l’empire Ottomane à l’issue de la Première Guerre mondiale, ont dénié les faits historiques.

C’est d’autant plus important pour tous les Arméniens du monde entier de commémorer les victimes du génocide chaque année – surtout le 24 avril, jour national de commémoration. Dans les années passées, Hasmik Papian a déjà contribué maintes fois à des évènements commémoratives, entre autre à Londres, dans le Sud de la France, à Berlin et à Frankfurt (dans la Paulskirche). Cette année, Hasmik a chanté deux concerts liés au 24 avril. Le premier a été organisé par l’Assemblée des Arméniens d’Europe à Bruxelles et a eu lieu le 13 avril au Conservatoire Royal Belge. Un communiqué de presse à propos de cette soirée de gala, qui a réuni beaucoup de diplomates, de membres du Parlement Européen et des représentants de haut rang de l’UE, se trouve sur ce site sous « Reviews » (appuyez le bouton ci-contre, à droite en haut, et descendez jusqu’à la fin de la page des critiques ou veuillez bien utiliser votre fonction de recherche en tapant « Commémorer le Génocide des Arméniens »).

Le deuxième concert a eu lieu le 16 avril 2004 au Wigmore Hall, salle prestigieuse de concert à Londres. Cette fois, le publique était composé surtout des fanatiques de la musique classique britanniques qui ont fait un véritable standing ovation à Hasmik Papian, célébrant ainsi son interprétation de quelques aires d’opéra célèbres et de chansons Arméniens composées par Komitas, Kanatchian et Yéranian. Dans le cadre de ce concert, le publique a salué aussi très chaleureusement la première britannique du concerto de violon du compositeur Arménien Alexander Arutunian.

Hasmik Papian est profondément convaincu qu’un des meilleurs modes pour commémorer les évènements cruels que son peuple a dû subir dans le 20ème siècle, et aussi pour les surmonter, consiste en faisant connaître toujours plus de gens dans le monde entier la culture Arménienne dans ces exemples les plus extraordinaires et en partageant l’expérience de l’excellence artistique des meilleurs artistes Arméniens dans leurs domaine respective.


"Norma" à Washington
et à Angers-Nantes-Opéra:

La NORMA de Vincenzo Bellini: du 16 au 22 février 2004, à la Maison de la Culture de Loire-Atlantique de Nantes, dans une production d'Angers-Nantes Opéra, l’artiste a eu l’occasion d’interpréter à nouveau ce rôle unique qui est considéré comme étant peut-être le rôle le plus difficile de tout le répertoire de soprano, et qu’on peut qualifier désormai comme rôle-clef de Hasmik Papian – après qu’elle a triomphé dans NORMA non seulement à Vienne, à Turin et aux Chorégies d’Orange (entr’autre), mais plus récemment aussi au Washington Opera. Le magazine de l’art lyrique influenciel américain Opera News a écrit dans son édition de janvier 2004 à propos de la Norma de Hasmik Papian:

The title role of Bellini’s Norma continues to present remarkably daunting technical and interpretive challenges that are not readily met today. Many a soprano has been so defeated by the eloquently arching phrases of the score or the dimensions of the tragic plot that one is left wishing the producers had casta ’nother diva. But in Hasmik Papian, Washington Opera struck gold. From the first notes of her entrance scene Oct. 7, 2003, at Constitution Hall, the singer staked her claim on the role and the score. This was a very accomplished performance. Intensified by a darkly burnished low register, her voice bloomed in the cavernous space and commanded attention; the soprano’s phrasing caught the music’s beauty and drama in equal proportions.

La première de l’actuelle production d’Opéra Angers-Nantes a été critiqué en langue française dans l’internet : Hasmik Papian impose peu à peu une présence charnelle, diffusant une voix puissante, juste et envoûtante dont les sortilèges se prolongeront bien au-delà du baisser de rideau. Ses duos avec Adalgisa portent l'émotion à un niveau rare, qui rend toute critique triviale.
(www.forumopera.com)

Vous pouvez lire d'autres critiques sur cette NORMA aussi sur la page des critiques - appuyez ci-contre, en-haut à droite!


"Aida" à Leipzig:

Le 13 mars 2004, Hasmik Papian a chanté le rôle-titre dans AIDA de Giuseppe Verdi. C'était la première d'une nouvelle mise-en-scène par Wolfgang Engel, sous la direction musicale de Marco Guidarini, à l'Opéra de Leipzig. Sept autres représentations sont prévues. Les critiques se sont montrés aussi impressionnés que le public; on pourrait lire: Gold in der Kehle – stimmlich wie technisch über jeden Zweifel erhaben: Papian beherrscht sie noch, diese weiten, inhaltlich gespannten Legato-Bögen des Belcanto. Ihr Timbre ist atemberaubend, ihre Kraft beinahe beängstigend – und sie zeigt, daß sie ganz oben noch ganz leise singen kann. (Leipziger Volkszeitung)